Tosca, notes de mise en scène


Le livret de Tosca est écrit comme une tragédie resserrée, autour de trois personnages principaux. L’action commence l’après-midi du premier jour et finit à l’aube du lendemain. Le rythme est haletant, sans répit dans la composition. La tension monte de manière insoutenable jusqu’au coup de poignard final.
Le sujet est banal : un couple d’artistes amoureux l’un de l’autre, se trouve confronté au cynisme et à la vénalité d’un homme de pouvoir dans un climat politique proche de la terreur. Et pourtant la musique et le livret élèvent cette histoire au rang d’une tragédie classique.
Scarpia dont le nom évoque la griffe du rapace, est le personnage principal de cet opéra. Comme Iago, Richard III ou Lady Macbeth, il personnifie les forces du Mal.
La question qui sous-tend la mise en scène est de savoir si la tyrannie et la cruauté l’emporteront sur la liberté, l’art et la beauté.

Le quotidien de Tosca, avant que Scarpia ne jette son dévolu sur elle, consiste à jouer des personnages, à mettre en scène son existence plutôt qu’à la vivre, comme Mario baignant dans un monde sublimé en peignant ses fresques. « Ce sont de doux rêveurs », dirait le commun des mortels.
Scarpia va crever la bulle dans laquelle ils évoluent, et offrir à l’actrice son plus beau rôle, en la confrontant à un dilemme cornélien : se donner à Scarpia pour sauver Mario, ou signer l’arrêt de mort de son amant en ne cédant pas.

   Nos partenaires :