Samson et Dalila

Sujet

Prisonniers des Philistins, les Hébreux implorent le Dieu d’Israël. Samson, héros valeureux, tue le satrape Abimélech et encourage les siens à se rebeller contre les Philistins. Le peuple d’Israël rompt alors ses chaines et parvient à s’enfuir sous les menaces vipérines du Grand Prêtre de Dagon qui jure vengeance.
Celu-ci retrouve la voluptueuse philistine, Dalila, décidée à séduire Samson, de façon à percer le secret de sa force, dans le seul but de venger son peuple. Dans un duo débordant de lyrisme, Dalila fait chavirer le coeur du héros qui, malgré les mises en garde d’un vieillard hébreu, succombe à son amour...et au piège tendu par la belle.

Notes de mise en scène

Deux peuples s’affrontent : les Hébreux et Les Philistins. Lorsque l’un renverse l’autre, le vaincu se venge plus tard sur le premier des atrocités qu’il a subies, en lui infligeant les mêmes supplices. Un éternel recommencement... Jusqu’à la décision inéluctable de Samson.
Pour mettre en image la souffrance exprimée dans les chœurs de Samson et Dalila, j’utiliserai des symboles de violences percutants. Par exemple, après la victoire des Hébreux, une chorégraphie viendra symboliser les violences faites à une jeune Philistine. Témoin de ces atrocités, Samson et Dalila se retrouveront devant un dilemme cornélien : venger, chacun, son peuple opprimé ou s’abandonner à l’amour.
En humanisant ainsi Samson et Dalila, je mettrai en valeur les interrogations que soulève, selon moi, l’œuvre de Saint-Saëns : « N’y a-t-il pas une forme d’absurdité dans ce cycle de la violence que s’inflige ces peuples ? Et, pourtant, à la place de Samson ou de Dalila, n’agirions-nous pas de la même manière ? ».




   Nos partenaires :