Scénographie

En 2017-2018, Opéra Côté Choeur présente Orfeo ed Euridice

Chacun a sa vision de l'enfer. Les flammes, la luxure, les ténèbres? Bernard Jourdain, lui, revenait sans cesse à l'idée d'un labyrinthe, d'un chemin obstrué par une multitude de couches à traverser ou à arracher avant de pouvoir retrouver la lumière. Pour accompagner Orphée dans son parcours et passer de l'ombre à la lumière, j’ai conçu un décor unique sur lequel viennent se greffer différents gros éléments à base de fils épais. Entraves, toile d'araignée, entrelacs, liens, dentelles, fil d'Ariane, voilà les images que vont me permettre de dessiner ces fils qui relieront les différents lieux traversés par Orphée.

Dans ce décor essentiellement abstrait, les chanteurs évolueront dans des costumes épurés, monochromes et fluides proches des robes de danseuses contemporaines. Du rouge, du noir, du blanc, y compris pour les longues perruques des femmes, par grandes masses monochromes, contribueront à construire des images fortes, structurées, où chaque geste sera signifiant et chorégraphié.

   En 2017-2018, Opéra Côté Choeur présente Orfeo ed Euridice

La lumière joue évidemment un rôle prépondérant dans ce type de décor exigeant. Sombre chez les cerbères, séraphique chez les bienheureux, elle est à la fois acteur et objet de la quête d'Orphée.